Les fausses idées sur les métiers de la finance ?

Il est plus courant d’entendre les gens dire d’énormités sur les métiers de la finance et on espère que cela change un jour. La plupart d’entre nous aperçoivent ces métiers comme celui des mafieux, mais d’autres les conçoivent comme de vrais requins ou même de simples comptables, s’agissant des jeunes financiers. À quoi ressemble leur quotidien selon certains et quelles sont leurs intentions réelles sur ces jeunes gens, financiers ?

Intéressons à leur comportement vestimentaire

En matière d’habillement, le jeune financier s’habille comme Gordon Gekko selon l’avis de certains commentateurs. Le jeune financier se présente souvent en un costume trois-pièces, motif prince de Galles avec pochette en soie… C’est une classe vestimentaire réservée à certains traders de la cité, mais il n’est pas forcé d’adopter le look costume noir sur chemise blanche comme un chauffeur Uber. Il existe des codes vestimentaires, qu’il faudra adopter, si les gens ne le savent pas, qu’il faut à tout prix cerner pour éviter les faux-pas.

Le métier de financier à une exigence vestimentaire à laquelle tout financier doit se soumettre tôt ou tard.

Un travail rébarbatif et tout le monde viennent des mêmes écoles

Le monde professionnel permet de travailler sans relâche sur de nouveaux projets avec de nouvelles équipes, c’est un cycle qui tourne vite et ne donne aucun repos à son homme. Dans ce métier, les promotions pour de nouveaux postes attribuent de nouvelles responsabilités et de nouvelles expériences, toutefois les résultats semblent parfois les mêmes.

Les gens pensent que les différents agents financiers dans une structure donnée ont tous fréquenté la même école ou ont fait tous les stages dans le même cabinet, ils se trompent. Le monde de la finance a évolué sur ce point, et on collabore avec des collègues venant de tous les horizons.

Le métier de la finance rime-t-il avec l’éthique ?

Nombre de personnes accrochent toujours au métier de financier le cliché du requin à la peau dure, car pour eux les financiers s’enrichissent derrière le dos du reste du monde. Une hypothèse peut être vraie, mais la concurrence actuelle sur le marché oblige toutes les structures relatives à la finance d’apporter la valeur de probité et d’éthique à la pratique de leur métier.      

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *